J’ai fait du Reiki à mon ego

- par Emilie Labourdette

 La question de l’ego a été abordée de nombreuses fois, déterminé, identifié, disséqué, nous savons tous que l'ego est quelque chose d'important en nous, fondamental même. Mais j’avais toujours la sensation que c’était toujours l’ego lui-même qui fournissait sa propre définition. Où suis-je au milieu de cette petite voix entêtante ? Qui suis-je ? Que suis-je ? Est-ce moi ou est-ce lui qui parle ? Sommes-nous distincts ?

 A la suite de la lecture d’un ouvrage, j’ai eu des prises de conscience successives, appuyées par de longues méditations et prières/demandes à l’Univers. J’ai alors entrepris ce travail sur l’ego avec le Reiki. Je m'accorde avec le fait que l'ego est le gardien de ma personnalité et que c'est cette part de moi qui génère bon nombre de mes pensées, mon mental est mon ego.

 En ces temps où le monde est devenu un chaos, j’ai dû me rendre à l’évidence : j’étais moi aussi responsable de l’état actuel du monde. Nous avons beaucoup parlé de co-création, alors comment pouvais-je participer au mal fait aux enfants dans le monde, à la guerre, au racisme, à la violence, aux déviances en tout genre, aux horreurs actuelles, à la maladie ce n’était pas concevable !

 J’ai dû me rendre à l’évidence, oui, j’étais aussi co-créatrice de tout cela. Envoyer du Reiki à la Terre une fois par semaine, envoyer du Reiki au peuple syrien ou aux Philippines ne me semblait pas suffisant, mon action n’était pas assez profonde.

 « Change en toi ce que tu veux changer autour de toi », et « Connais-toi, toi-même » sont deux phrases qui ont balisé mon chemin.

 J’ai alors décidé de tourner mon travail vers l’intérieur avec honnêteté, vulnérabilité et détermination. En mon sein, j’ai découvert un tableau bien sombre, des miasmes de violence, de critique, de mensonge, de jugement, de jalousie, d’agressivité résidaient bien encore en moi ; je créais ainsi des formes-pensées négatives tout le temps, en me jugeant et en jugeant les autres, en critiquant, en comparant, en dénigrant. Même un peu, même pour rire, rien de ce que nous pensons ou disons n’est sans influence sur le monde extérieur. C’est ainsi, et de manière quasi inconsciente et automatique, que je contribuais quotidiennement à alimenter l’égrégore négatif déjà existant. Et c’est Ego qui s’exprimait. Après avoir essayé de le détruire, de l’ignorer, j’ai cessé de me battre et j’ai entrepris de l’écouter afin de lui redonner sa juste place. Ego avait pris le dessus en moi car je lui avais laissé la possibilité de le faire et cela remontait dans l’enfance.

 Avant de pouvoir agir et chouchouter mon ego, j’ai dû rétablir la connexion au cœur, car impossible de traiter avec Ego par le biais du mental. C'est un cercle fermé.

 Mais facile à dire quand notre cœur est fermé depuis toujours ou presque. Où est mon cœur ? Est-ce que j’ai su l’écouter un jour ? Je ne sais pas. Ça m’a pris trois ans. J’ai senti mon cœur en commençant le Reiki, en recevant et en donnant du Reiki. J’ai su que j’en avais un et ce fut un grand soulagement. Puis, on m’a parlé d’essence Divine, d’âme.

 Cette vision n’est pas acceptée par tous, mais je l’ai reconnue en moi, cette part Divine et j’ai voulu lui donner toute la place. Le grand ménage a commencé dans mon être, en démêlant instant après instant avec amour et vigilance, tout ce qu’Ego me soufflait à l’oreille. J’ai tenté d’identifier les aspects limitatifs et négatifs qui semblaient me freiner sur mon chemin et dans ma relation aux autres, ce qui portait préjudice à autrui dans mon comportement, ce qui m'énervait chez les autres. Tout ce que je pouvais identifier. J’ai envoyé du Reiki, à chaque émotion négative ou désagréable, demandant que cela soit nettoyé.

 Peu à peu, j’ai senti que l’emprise d’Ego a diminué et la cohabitation est devenue plus douce, plus légère. J’ai senti la paix en moi, arriver puis repartir. J’ai senti la gratitude, l’Amour. J'ai vu le changement se produire autour de moi en me disant, ça marche ! J’ai vibré de ces ressentis aussi longtemps qu’ils sont restés car ils étaient merveilleux.

 L’ego est constitué de fausses croyances, de créations mentales négatives la plupart du temps, conditionné par l’école, par l’éducation, je le vois maintenant comme un enfant violenté. En vivant une expérience désagréable, Ego a interprété, a cru qu’il était indigne d’Amour, que les autres étaient des menaces permanentes, que la vie était dure. Et dans notre société, on a mis l’intellect sur un piédestal, notre cœur s'est anesthésié et le mental a pris le dessus, donc notre ego blessé aussi. Ego contre Ego, voilà le résultat : notre société actuelle.

 Puissions tous nous libérer de l’emprise de l’ego et avancer ensemble vers la nouvelle ère de Paix et d’Amour qui est possible, ensemble par un travail personnel et commun.

Emilie Labourdette est thérapeute énergéticienne.


Vous pouvez visiter son site et la contacter : www.energies-libres.org